L’ancien Hôpital du Bigallo

9

Description

Le long de l’ancien et raide tronçon de la Route Arétine, peu avant d’arriver à la ferme de l’Apparita, il surgit un grand et sévère bâtiment.

C’est comme ça que Antonio Carocci, un célèbre historien local, décrit l’ancien Hôpital du Bigallo, fondé en 1214 par Dioticidiede di Bonaguida del Dado.

Le nom Bigallo vient du latin Bivius Galli, en tant que bifurcation de l’ancienne route du Gallo et la route Arétine.

En 1245 la propriété de l’Hôpital passa à la Compagnie de Sainte Marie Majeure, une confrérie religieuse florentine, elle modifia le blason avec un coq dans un champ bleu avec le sigle S.M.B. (Sancte Marie de Bigallo).

En XVI siècle le Bigallo devint un couvent de clôture, même si il maintint l’hôpital toujours ouvert pour les pèlerins. La clôture emmena à une complète séparation des environnements et à la fermeture du jardin avec des hauts murs. Le monastère fut fermé par le gouvernement français après plus de trois cent ans d’activité et il fut, d’ici après, utilisé comme habitation par différents familles de paysans.

L’Hôpital du Bigallo a aujourd’hui sa fonction originaire, c’est-à-dire un auberge qui occupe l’étage supérieur où ont été aménagées de nombreuses chambres meublées en tirant l’inspiration des hôpitaux du Moyen Age, qui pouvaient accueillir jusqu’à 52 personnes.

Le grand et suggestif réfectoire avec le plafond à caisson et la chaire est aujourd’hui devenu une salle congrès qui peut accueillir des événements et des mariages. La cuisine monumentale est restée intacte et ici il y a encore des éléments de valeur comme la grande cheminée et l’ancien évier en pierre.

Dans les pièces en sous-sol il est encore possible admirer la pièce où on lavait le linge qui a maintenu l’évidage pour le bassin pour le lavage des linges et un intéressant système de canalisation des eaux, très similaire à celui d’un ancien aqueduc.

 

Comment se rendre

[mapsmarker marker=”5″]

  • L’ancien Hôpital

    du Bigallo

  • du Bigallo

  • du Bigallo

  • du Bigallo

SHARE
La redazione del giornale eChianti.it